Parlons-en!

Des commentaires, des annonces, ou une simple envie de parler... Tout ça, c'est ici que ça se passe.

Parlons-en!

Message par mcuir » 17 Octobre 2017 13:43

Forte libération de la parole, ces derniers jours, concernant la souffrance des femmes harcelées sexuellement
(cela serait plus juste et pourrait éviter les dérives si on respectait le principe de l'égalité femmes et hommes
au lieu d'oublier la souffrance des hommes agressés aussi: situation rare dit-on - mais qu'en sait-on ?)

Le harcelement, définition en cours:
http://www.leparisien.fr/laparisienne/a ... 335018.php

Violences sexuelles, le plan de Marlène Schiappa
https://www.la-croix.com/France/Violenc ... 1200884419

Oui pour exiger, encourager des moeurs respectueux au Travail et dans la Vie ,
OUI pour soutenir les Femmes et les Hommes victimes!
pour la réelle prise en compte de la parole dans les commissariats, par la justice et au travail
oui aux condamnations efficaces de comportements graves

Oui pour exiger le respect du consentement
C'est pourquoi il est interdit de poster sur le forum des photos ou vidéos de prise de rue (street shoot)

Cependant ATTENTION:
si la "loi du silence" a trop longtemps prévalue, la dénonciation ou délation peut être pire que le mal fait jusqu'ici
à l'accusation peut se mêler préjugés spécifiques ou généraux, jalousie, règlements de compte, interprétations, etc!
Ne pas se faire justice soi-même - penser à la présomption d'innocence - être dans la durée et non l'instant
MESURE ET VÉRITÉ en toute chose, en toute occasion


(*) Au départ, c'était ça:
Sandra Muller‏ @LettreAudio 13 oct.
#balancetonporc !! toi aussi raconte en donnant le nom et les détails un harcèlent sexuel que tu as connu dans ton boulot.

à l'arrivée c'est peut-être ça:
Il faudra peut-être se souvenir de ce jour d’octobre 2017 où le mot « dénonciation » est devenu synonyme de « parole libérée ». On a encore du mal à trouver le terme qui qualifiera une époque où la délation est devenue un acte de courage, la surveillance un devoir moral et le déballage un brevet de correction
(Elisabeth Lévy - dans Causeur 17 octobre 2017)

Non à la dénonciation - qui peut dériver de partis pris, fantasmes ou préjugés
et nous, en matière de préjugés, notamment du cuir, nous sommes servis:
Mentalité :arrow: viewtopic.php?f=3&t=24968
Préjugés sur le cuir :arrow:viewtopic.php?f=3&t=23198&p=142615&hilit=pr%C3%A9jug%C3%A9s#p142615
Avatar de l’utilisateur
mcuir
Fétichiste Suprême
Fétichiste Suprême
 
Message(s) : 7705
Inscription : 24 Mai 2005 20:52

Re: Parlons-en!

Message par mcuir » 18 Octobre 2017 16:36

Le post ci-dessus comporte des affirmations et des réserves, dans une formulation globale peut-être pas très claire.
J'ai ressenti et inquiétudes quant à la tournure des événements, aux dérives qui pourraient advenir (notamment pour les fétiches)
au vu des expressions sur les réseaux sociaux qui ne sont pas un syndicat ni un tribunal où s'exprime le droit en vigueur

Par exemple lorsque j'invite à "ne pas se faire justice soi-même", je pense aux réseau sociaux, car ça pose problème!
La question n'est pas d'excuser ou de minimiser des infractions éventuelles, mais de constater que la société politico-médiatique se fait justice elle-même, par un lynchage fondé sur l'humiliation, le déshonneur et la déchéance sociale, avant que les tribunaux disposant de la légitimité pour sanctionner les crimes et délits aient eu l'occasion de se prononcer
.
dit l'essayiste Maxime Tandonnet dans un article dont je n'ai pas eu accès, et ne puis donc m'accorder que sur cet extrait
Code : Tout sélectionner
http://www.lefigaro.fr/vox/medias/2017/10/17/31008-20171017ARTFIG00266-maxime-tandonnet-ensauvagement-de-la-societe-mediatique.php

Bien que je ne m'accorde pas tout à fait avec Christophe Noël, avocat spécialiste du droit du travail, je le cite néanmoins:
Code : Tout sélectionner
http://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/affaire-harvey-weinstein/balancetonporc-denoncer-un-harcelement-sexuel-sur-un-reseau-social-avec-un-hashtag-ce-n-est-pas-du-tout-l-endroit_2422691.html

Dénoncer un harcèlement sexuel sur un réseau social avec un hashtag, ce n'est pas du tout l'endroit. C'est une caisse de résonance phénoménale et c'est la porte ouverte à toutes sortes d'excès et de diffamations. Le problème, c'est qu'il y a à la fois du vrai et du faux et que tout se mélange. Il n'y a aucun moyen de contrôler ce qui est dit sur ce réseau social. On va sans doute retrouver des gens qui, par vengeance, vont calomnier des collègues de travail avec lesquels ils ne s'entendent pas.

Ce n'est pas bon : ça peut se retourner contre les victimes qui dénoncent un harcèlement sexuel. Les personnes qu'elles visent peuvent porter plainte pour "diffamation" ou "injure". Les employeurs pris pour cible peuvent sanctionner leurs salariés. Il ne faut pas accuser à la légère, surtout en public. Quand on veut dénoncer une situation de harcèlement sexuel, il ne faut pas s'y prendre de cette façon-là. Il n'y a pas de publicité à donner à l'affaire. Il y a des moyens d'action sérieux, concrets, qui ne prêtent pas le flanc à la critique ou à la plainte.


Enfin, je partage l'essentiel des propos de deux députés, lors des Questions au gouvernement mardi 17 octobre 2017
Code : Tout sélectionner
http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2017-2018/
concernant la Lutte contre le harcèlement de rue
Code : Tout sélectionner
http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2017-2018/20180010.asp#P1041327

Mme Sophie Auconie
C’est une réalité quotidienne pour nous, les femmes, mais aussi parfois pour les hommes. Pourtant, l’arsenal juridique actuel ne permet ni sanction, ni prévention. Il importe que les coupables puissent être verbalisés par différents acteurs, et nous pensons que c’est surtout par la sensibilisation, la dissuasion et l’éducation que les mentalités évolueront.

Il ne s’agit pas ici de réagir au buzz médiatique du moment, ni d’interdire la séduction, mais d’attaquer certains comportements à la racine. Twitter ne remplacera pas les tribunaux, comme vous l’avez justement rappelé, et c’est à ce titre que l’État français doit pouvoir garantir à chaque citoyen et à chaque citoyenne la liberté de se mouvoir, de se déplacer, de marcher, de se promener, de courir – peu importe le temps, peu importe la longueur de la jupe – en sécurité et sans avoir à subir ce harcèlement de rue, qui commence au moment où les propos perdurent alors qu’il n’y a pas consentement.

Finalement, à l’instar de Simone Veil, ma revendication, en tant que femme, c’est que ma différence soit prise en compte et que je ne sois pas contrainte de m’adapter au modèle masculin


M. Mustapha Laabid
une femme sur dix est victime de violences sexistes en France. Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon. « Elle s’appelait Émilie, elle avait 34 ans. Elle s’appelait Nastasia, elle avait 18 ans. Elle s’appelait Fatima, elle avait 58 ans. » Par cette litanie funéraire, la journaliste Titiou Lecoq (*) a interpellé notre quasi-indifférence générale.

Titiou Lecoq (*) http://www.slate.fr/story/147429/mourir ... -une-femme

Madame la secrétaire d’État, la large consultation citoyenne que vous avez lancée sur les violences sexistes et sexuelles veut dire que, non, nous ne sommes pas indifférents !

Ces femmes sont nos mères, nos filles, nos sœurs, nos amies. Elles ne nous sont pas étrangères. Les violences sexuelles sur les enfants concernent une fille sur cinq et un garçon sur sept. N’est-ce pas une véritable cause de société ?

Alors, réagissons ! Réagissons fort et en amont ! La verbalisation du harcèlement de rue doit participer de cette réaction. Elle est essentielle, car elle a valeur de sanction et d’éducation. Mais nous devons aller plus loin afin d’endiguer le fléau des violences sexuelles : il est urgent de légiférer, car il est primordial de sanctionner ces comportements pour montrer aux femmes que le droit est avec elles.

l’actualité tend à libérer une parole longtemps enfouie. Quel traitement réserver à ces mots de la presse et des réseaux sociaux qui tuent une seconde fois ces femmes et humilient les victimes ? Allons-nous, allez-vous les combattre ?

Le lien noté ci-dessus vous permettra de lire les réponses de Mme Marlène Schiappa secrétaire d’État
Avatar de l’utilisateur
mcuir
Fétichiste Suprême
Fétichiste Suprême
 
Message(s) : 7705
Inscription : 24 Mai 2005 20:52

Re: Parlons-en!

Message par mcuir » 26 Janvier 2018 4:48

Depuis le lancement de cette page, que de débats médiatiques (bien qu'ici, ce soient silence et bouches cousues...)!

En plus des citations notées dans mon post viewtopic.php?f=3&t=11531&start=940#p186046
je me souviens avoir lu parmi les premiers interventions de "balance ton porc" ou de "metoo"
qu'un simple regard "prétendument admiratif, mais en fait insistant" sur une femme "est une forme d'agression" (--)

Au train où vont les choses, m'étais-je dit alors, on va bientôt devoir se cacher pour regarder par exemple une femme en cuir!
Tout cela ne va pas arranger la "mentalité" viewtopic.php?f=3&t=24968
On s'éloigne dangereusement de l'essentiel pour glisser vers une critique des moeurs visant à imposer je ne sais quoi...

Je trouve par conséquent intéressant le recadrage fait par exemple par Arditi - Dita Von Teese - Leïla Slimani:

Pierre Arditi
Code : Tout sélectionner
http://www.lepoint.fr/people/liberte-d-importuner-pierre-arditi-soutient-catherine-deneuve-23-01-2018-2188979_2116.php
http://www.programme-tv.net/news/tv/172013-pierre-arditi-et-emmanuelle-devos-defendent-woody-allen-et-denoncent-les-derives-de-metoo-video/
et le passage de Molière cité par Pierre Arditi:

Est-ce qu'au simple aveu d'un amoureux transport
Il faut que notre honneur se gendarme si fort ?
Et ne peut-on répondre à tout ce qui le touche
Que le feu dans les yeux et l'injure à la bouche ?
Pour moi, de tels propos je me ris simplement,
Et l'éclat là-dessus ne me plaît nullement ;
J'aime qu'avec douceur nous nous montrions sages,
Et ne suis point du tout pour ces prudes sauvages
Dont l'honneur est armé de griffes et de dents,
Et veut au moindre mot dévisager les gens :
Me préserve le Ciel d'une telle sagesse !
Je veux une vertu qui ne soit point diablesse,
Et crois que d'un refus la discrète froideur
N'en est pas moins puissante à rebuter un cœur

ELMIRE répond à ORGON Scène III du Tartuffe de Molière
https://www.ibibliotheque.fr/tartuffe-m ... ale/page25

Et Arditi d'ajouter:
On n’est pas en Amérique ici ! On est en Europe, c’est pas pareil. L’art n’a pas à recevoir des leçons de morale d’un certain nombre de ligues intégristes et hystériques qui débordent complètement du sujet – même si la démarche originelle est à défendre et je la défends bec et ongles. Le premier mec qui emmerde une femme en se frottant ou autre, si je le vois, je lui mets mon poing dans la gueule ! Les femmes ont droit de vivre tranquillement, librement, ce qu’elles ont décidé de vivre et ce qu’elles n’ont pas décidé de vivre. On n’a pas à leur forcé de le vivre.
Après, quand on commence à dériver sur l’art ou sur une manière dont il faudrait que nous vivions. On va nous dire ce qu’il faut qu’on lise, quelle peinture on doit aimer, quelle peinture on doit foutre à la poubelle… Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? J’interdis à quiconque d’exiger de moi de vivre autrement que ce que j’ai choisi.


Dita Von Teese:
S'il n'était pas question de remettre en question le mouvement qui a permis à des milliers de femmes d'oser prendre la parole ou de dénoncer leur agresseur, la chanteuse perçoit ces prises de parole comme un moyen de débattre et de rééquilibrer le partage du pouvoir entre hommes et femmes. Car selon elle, il ne suffit pas de dénoncer: "il reste à définir ce qui est vraiment de l'ordre de l'abus et ce qui est juste une mauvaise journée ou une mauvaise expérience sexuelle", a t-elle expliqué au HuffPost :

Code : Tout sélectionner
http://www.huffingtonpost.fr/2018/01/23/me-too-pour-dita-von-teese-il-reste-a-definir-ce-qui-releve-vraiment-de-labus-et-ce-qui-nen-est-pas_a_23340295/


Leïla Slimani «Un porc, tu nais ?»
Code : Tout sélectionner
http://www.liberation.fr/france/2018/01/12/un-porc-tu-nais_1621913


:idea: Plaise à vous de citer d'autres personnalités en ce sens ou un autre (avec les références comme ci-dessus, de préférence)
Avatar de l’utilisateur
mcuir
Fétichiste Suprême
Fétichiste Suprême
 
Message(s) : 7705
Inscription : 24 Mai 2005 20:52

Re: Parlons-en!

Message par mcuir » 07 Février 2018 9:39

Plus de 500 vues de cette page "Parlons-en!" et... des milliers de participant(e)s (potentiel(le)s)! ::...::
::siffle:: Peut-être serait-il temps de conclure par ceci:

Best Girl Fighters [Movies and T.V]
Avatar de l’utilisateur
mcuir
Fétichiste Suprême
Fétichiste Suprême
 
Message(s) : 7705
Inscription : 24 Mai 2005 20:52

Re: Parlons-en!

Message par mcuir » 10 Juin 2019 3:54

1 -- "Football féminin", l’expression qui fait débat
2 -- « Little Miss Soccer », le tour du monde des femmes qui font le foot

1 "Football féminin", l’expression qui fait débat[/b]

Code : Tout sélectionner
http://madame.lefigaro.fr/societe/coupe-du-monde-feminine-football-feminin-lexpression-qui-fait-debat-100619-165510

l’ancienne footballeuse professionnelle, Mélissa Plaza, a écrit :le problème avec ce terme, football féminin, c'est que ça sous-entend que le standard, la norme, ça reste les hommes et que le "foot féminin" ne serait qu'une sous-discipline». Alors même que «c'est exactement les mêmes règles, la même taille de ballon, la même taille de terrain, la même taille de buts. Le même nombre de minutes jouées par match et surtout, la même passion

la linguiste Alpheratz a écrit :Quand on remet en cause des pratiques langagières, comme celle de qualifier un sport qui n'a pas besoin d'être qualifié, on remet en cause des pratiques sociales et un point de vue exclusivement masculin sur le monde. Qualifier le football de "féminin", c'est exprimer un point de vue social et un regard particulier sur le monde


*************************************************

2 -- « Little Miss Soccer », le tour du monde des femmes qui font le foot

Code : Tout sélectionner
https://www.20minutes.fr/sport/football/2534959-20190607-coupe-monde-feminine-desormais-femmes-jouent-foot-partout-globe-melina-boetti-raconte-tour-monde-foot-feminin

Et dans quel pays avez-vous eu une bonne surprise par rapport aux questions d’égalité homme-femme ?

En Nouvelle-Zélande. Là-bas, le foot est un sport nouveau et les filles jouent tout le temps contre les garçons. La mixité est réfléchie dans le sens où tout est pensé pour que les différences de niveau soient gommées. C’est-à-dire qu’ils sélectionnent des garçons d’une certaine catégorie d’âge et ça permet aux filles d’être au niveau et de progresser. Ils n’ont pas du tout la même vision que nous de la question. Quand on demandait aux filles si ça leur allait de jouer contre des garçons, elles ne voyaient pas où on voulait en venir.

Quand vous expliquez que le foot leur sauve la vie, que voulez-vous dire exactement ?

Le foot les extirpe de certaines familles qui leur prévoyaient un sombre avenir, et il permet aussi d’éduquer ces familles en parallèle pour faire comprendre aux parents que leur fille peut faire autre chose, qu’elle n’est pas condamnée à se marier avant quinze ans. C’est un programme qui va bien au-delà de la simple pratique du foot, il y a un programme éducatif derrière tout ça, avec une école qui les prend en charge dès la sortie de l’entraînement quotidien. Le but c’est de dire aux filles « on va vous sortir de la galère, on va vous donner une place à travers le football tout en expliquant à vos familles que vous êtes légitimes sur un terrain. » C’est en ça qu’il est salvateur. Ça fait réfléchir les familles et, pour certaines, elles comprennent que la fille n’est pas qu’une dot dont on va profiter lors de son mariage, ce n’est pas qu’une servante à la maison.


:idea: Mondial football féminin 2019 :arrow: viewtopic.php?f=13&t=30923&p=198802#p198802
Avatar de l’utilisateur
mcuir
Fétichiste Suprême
Fétichiste Suprême
 
Message(s) : 7705
Inscription : 24 Mai 2005 20:52

Re: Parlons-en!

Message par ramses02 » 12 Juin 2019 22:02

En tout cas, je suis en train de regarder nos bleues contre la Norvège, elles jouent très bien.
Agréable à regarder. De l’engagement, peu de fautes, pas de cinéma comme chez les hommes.
Bravo ::bravo::

Ramses.
ramses02
Talonnettes
Talonnettes
 
Message(s) : 408
Inscription : 26 Avril 2013 20:42


Retour vers Discussions



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)